Cuba : une catastrophe humanitaire au nom de la démocratie

Mychèle Fortin
L'Eau vive
Mon amie Geneviève m’écrivait en mai dernier : « Si rien n’est fait, pas dénoncé mais fait, la planète va assister au spectacle d’une île qui meurt de faim ».(*) Rien n’a été fait. Ça a empiré. À la pénurie alimentaire s’ajoute le manque de médicaments. Elle a mal, mon amie Geneviève. Depuis le 4 ao…